Le leader iranien prend un ton de défi au milieu d’un mois de troubles

Le chef suprême de l’Iran s’en est pris aux pays occidentaux alors qu’il dirigeait les prières du vendredi à Téhéran pour la première fois en huit ans.

L’ayatollah Ali Khamenei a rejeté ce qu’il a appelé des « clowns américains » qui, selon lui, prétendent soutenir la nation iranienne, mais qu’ils lui colleraient leur « poignard empoisonné » dans son dos.

Il a insisté sur le fait que l’Iran ne cédera pas aux pressions américaines après des mois de sanctions écrasantes et une série de crises récentes, de l’assassinat américain d’un général iranien haut à l’iran accidentelle abattu d’un avion de passagers.

Khamenei a déclaré que les funérailles de masse pour le général qui a été tué dans une frappe aérienne américaine montrent que le peuple iranien soutient la République islamique en dépit de ses procès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*
*